Lejournaldepavel

15 septembre 2012

Emeute dans un vagin…

Classé sous Non classé — lejournaldepavel @ 7 h 55 min

Je suis pour me moins relativement stupéfait, en effet, j’apprenais hier soir la proposition des députés européens de nominer les Pussy Riot au prix Sakharov pour la liberté de penser, remis aux personnes et organismes œuvrant pour les droits de l’homme.

Emeute dans un  vagin... pussy-riot2-300x174

Aberration, certes. Proférer des insanités dans des lieux sacrés et démolir le mobilier urbain est maintenant considéré comme preuve de force de caractère, et est grandement utile dans l’avancée pour la lutte humaniste en Russie.

Profanez un lieu saint partout dans le monde, il y a peu de chances que vous vous en tireriez mieux, 2 ans ça se tient pour blasphème, j’imagine qu’il y en a qui ne sont plus la pour en témoigner. Le président Poutine à lui même a regretté publiquement cette condamnation, la justice décidant, c’est ainsi fait.

Remettons les choses à leur place, les élus européens (ceux qui affament Grèce, Espagne & Cie) apportent donc leur soutien inconditionnel au vandalisme pour le droit de penser, admettons… Idem des usa, Hillary Clinton et sa bande en particulier s’offusquent d’un seul homme (ceux qui il y a quelques mois à peine chargeaient quotidiennement des manifestations pacifiques partout dans le pays). Citons aussi le groupe Kiss qui, depuis deux décennies est devenue une machine à fric bien huilée, et toute une clique de politico-musiciens mous du genou et bien pensants…

Passons sur le coté musical du groupe qui se veut punk mais se contente généralement de performances en play-back malgré un son à faire fuir le plus sourd des crackheads. le plus étonnant sont les idéaux pro-occidentaux affirmés par le groupe, et le fait que ce débat mondial engagé par les médias alignés ait lieu au moment ou la Russie est au centre de l’échiquier géopolitique dixit la Syrie et l’Iran. Nous sommes donc en présence d’une formation de punkettes vandales et pro-économie de marché (haha!) sur le point d’être nominées au panthéon des droits humains.

Mais au final, tout ceci, tient de la plus pure logique :

Les Pussy Riot brandissent des drapeaux d’OTPOR, organisme serbe lié idéologiquement à l’Albert Einstein Institution et pour bien comprendre le problème il est nécessaire de faire un rapide briefing sur ces deux organisations.

Otpor-serbian1-150x150pr1-300x199

OTPOR, est à la base une nébuleuse vaguement estudiantine serbe crée dans un but d’opposition à Milosevic et très active dans les années 90. Habité par des convictions non-violentes. Elle est néanmoins accusée par ce dernier d’être une institution à la solde de puissances étrangères visant à le déstabiliser -on en pense ce que l’on veux- mais les états-unis de part la Freedom House (dont le président James Woosley est ancien directeur de la CIA) et l’Open Society Institute ont été les premiers et éternels donateurs du mouvement.

Après avoir joué un rôle considérable dans la chute de Milosevic, l’organisme tente de se reconvertir en parti politique, échec : 1,6% des suffrages aux législatives et aucun poste, OTPOR fusionne alors avec le Parti Démocratique du président Tadic.

Promouvant les idées occidentales et luttant contre la corruption (?), l’organisation est en relation avec MJAFT! (albanie) et ZUBR (biélorussie). Elle organise des séminaires internationaux dans le nord de la Serbie. Point d’orgue, lors du printemps arabe, des drapeaux d’OTPOR sont visibles dans les rues du Caire, les membres du mouvement du 6 avril ayant étés formés en Serbie pour organiser la révolution égyptienne. (Quand ont sait que Morsi à fait ses études aux usa et prend maintenant parti en faveur de ces derniers sur la  Syrie, l’Iran, les défend suite à l’affaire du film anti-musulman, sans parler des partenariats économiques ou du canal de Suez)…

Mais nous ne sommes là qu’en présence d’un organisme intermédiaire, leur modèle idéologique étant l’Albert Einstein Institution de Gene Sharp.

aei1-150x150genesharp1-150x150

Gene Sharp ou « le machiavel de la non-violence », créé l’AEI en 1983 et est une influence pour nombre d’organisations  des pays de l’est et du monde. Le bureau de L’AEI est basé à son domicile (East Boston), il à écrit de nombreux livres traduits partout sur ses théories de la non-violence. L’AEI est intervenue aux quatre coins du monde et collabore actuellement avec l’alliance démocratique de Birmanie, le parti progressiste de Taïwan, des associations proches du dalaï-lama et un groupe de dissident de l’OLP.

Nous voila donc en présence d’une base d’alimentations en tous genres pour groupes d’influence révolutionnaires fantoches. Le problème vient surtout du fait que ses actions et coups de com’ sont en général des succès étendant la sphère d’influence économico-polique étasunienne de part une préparation minutieuse et une organisation rodée depuis près de 30 ans. Sans parler de conséquences ou victimes indirectes de ces actions. La non-violence ce bon dos qui permet de corrompre les sphères d’influence sans avoir à mettre les mains dans la cambouis tout en jouant aux saints (surtout quand les donateurs sont multimillionnaires et ont des intérêts dans la région).

Selon Thierry Meyssan l’AEI est une vitrine idéologique de la CIA et  » la focalisation sur la moralité des moyens d’action permet d’évacuer tout débat sur la légitimité de l’action. La non-violence, admise comme bonne en elle-même et assimilée à la démocratie, favorise le blanchiment des actions secrètes, intrinsèquement non-démocratiques ». Il fallait s’en douter.

Enfin pour revenir au sujet il apparait alors que nos fofolles à guitares sont l’instrument actuel de ces organisations de part leur revendication de l’OTPOR, elles sont de fait soumises à l’AEI et font (peut-être involontairement mais j’en doute) le jeu des puissances occidentales. Les médias de ce côté-ci de la planète ayant sérieusement besoin de discréditer la Russie. (Ça fait bien quelques mois qu’on en parle…)

Au final beaucoup de bruit pour pas grand chose.

PS : Je me souviens qu’il y a 1 an ou 2 en Malaisie je crois, une grosse centaine de punks (des vrais) ayant osé faire un concert se sont tous retrouvés sous les verrous et doivent encore y être, mais bon ils étaient beaucoup moins photogéniques et n’avaient pas les mêmes idéaux. Il doit surtout y avoir là-bas quelques usines infantilisés fournissant à nos gras patrons des pièces détachés électroniques de première qualité à des couts dérisoires. Taisons-nous, donc…

Capture011-300x179

Pavel.D

 

Laisser un commentaire

Cadeauxpublicitaires |
Cadeaupublicitaire |
assurances expatries |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadeaudaffaire
| News
| Cadeauxdentreprises